Références et anecdotes – Saison 1

Épisode 1

-Kyrus, son tableau et son Dungeon Skipping parodient ici les commerciaux du monde moderne, armés de leur powerpoints et de leurs anglicismes de merde en “-ing”.

Épisode 2

-La SPPNJ est évidemment une référence a la SPA, Société Protectrice des Animaux.

-L’épisode fait référence à un cliché du RPG japonais, qui veut qu’on retrouve le chat d’un PNJ dans une quête annexe du début du jeu. Preuve qu’à l’époque je savais pas encore trop où aller, ni dans quel contexte situer la série.

Épisode 3

-Dans cet épisode Kyrus cherche des compagnons pour aller faire un donjon : à première vue grosse incohérence avec le premier épisode, où il prêche justement l’inverse. A vrai dire dans ma tête, après cet échec, Kyrus s’était résolu a faire quelques donjons de bas niveau histoire de trouver d’éventuels compagnons de beuveries. Mais pour une raison mystérieuse j’ai pas pris la peine de l’expliquer.

Épisode 4

-Astyr est une divinité purement inventée par le joueur de Taj’Naar, tout comme le concept abstrait de “mort et guérison”, que j’ai toujours du mal à comprendre aujourd’hui.

Épisode 5

-Cet épisode marque l’apparition d’un des personnages les plus mystérieux de la série : le tavernier. Tellement mystérieux que dans la seule case où il apparaît il est caché par la réplique de Taj’Naar.

Épisode 6

-Crom est une divinité inventée par Robert E. Howard, auteur de Conan le Cimmérien. Wulfgar le vénère également, sans trop savoir qui c’est.

Épisode 7

-Les halfelins sont à peu de choses près l’équivalent des hobbits dans l’univers de Donjons & Dragons. Toutefois personne (ni même lui) ne sait vraiment si Pikwik est halfelin enfant, un halfelin adulte, un enfant humain, ou bien autre chose.

Épisode 8

-”L’animation” de Wulfgar dans les premières cases n’a aucun sens. Voila ce qui arrive quand on a la flemme de dessiner une seconde pose de marche.

Épisode 9

-L’épisode fait évidemment référence à la réalité derrière chaque partie de jeu de rôle, et constitue une sorte de méta-brisage du 4ème mur. Ouais, carrément.

-Les dés à vingt faces sont principalement utilisés dans les jeux de rôle basés sur le système D20, comme Donjons & Dragons.

Épisode 10

-Le décor ici est le même que celui de l’épisode “pilote” de la série, où Kyrus se décide à chercher des compagnons après avoir vu la pancarte. D’où sa première réplique “Bon allez ça devrait le faire là”.

Épisode 11

-La raison pour laquelle les monstres n’attaquent quasiment jamais dans Dungeon Skippers n’est pas DU TOUT liée au fait que j’ai la flemme de dessiner plusieurs poses. C’est juste que dans le fond ils ne sont pas si méchants que ça.

Épisode 13

-Premier épisode d’une vingtaine de cases, qui marque plus ou moins la fin du format “comic strip”.

-Le multiclassage est une mécanique de Donjons & Dragons permettant de cumuler plusieurs classes, chacune évoluant séparément de l’autre. Un personnage peut donc être barbare niveau 5 et voleur niveau 3. Même si c’est complètement con.

-La « Rage de berserker » est une compétence propre aux barbares, leur permettant de passer dans une rage folle pendant quelques instants, durant lesquels ils décuplent leur force. Il n’est cependant pas nécessaire de crier « BERSEEEEEERK !!! » quand on l’active, ça c’est juste Wulfgar.

Épisode 14

-Encore une illustration d’une des nombreuses incohérences inhérentes au RPG, à savoir le fait de piller les biens des PNJ sans que ces derniers ne bronchent.

-J’avais initialement prévu de disséminer des épisodes SPPNJ au fil des saisons, mais j’ai abandonné l’idée suite au changement d’orientation de la série.

Épisode 15

-Ceux qui ont découvert la série en cours de route peuvent se demander pourquoi les visages sont moches (yeux pas très expressifs, petites bouches, etc) entre l’épisode 15 et la fin de la saison. C’est tout simplement que lorsque j’ai redessiné la saison 1 en 2011, j’ai pensé qu’à partir de l’épisode 15 les visages n’étaient pas si horribles que ça. Sauf que j’avais tort.

Épisode 16

-Le “tu préfères ton père ou ta mère ?” est un lointain délire de lycée. Je crois. Je sais plus en fait.

Épisode 17

-La BAH a été inventée de toutes pièces de manière pas du tout roleplay par le Maître de Jeu alors qu’on était sur le point de se faire massacrer par des hippogriffes. Taj’Naar, qui avait prié juste avant, est persuadé qu’il s’agit d’une manifestation d’Astyr.

Épisode 18

-Le terme « bicoque vermoulute » et sa description pittoresque ont été utilisés tels quels lors d’une partie de jeu de rôle, après quelques bières.

-Pour ceux qui se demandent ce qu’est une VMC hygroréglable double flux, il s’agit d’un système de ventilation mécanique contrôlée formant un circuit, permettant de l’air frais dans les pièces sèches, et de l’extraire dans les pièces humides. Autrement dit c’est plutôt la classe.

-Le texte de Kyrus à la 8ème case fait référence à une réplique de Bender de Futurama “Si c’est comme ça je vais en ouvrir un moi de parc d’attraction avec des tables de blackjack et des putes”

Épisode 19

-Si le décor de cet épisode est aussi vide c’est parce que j’étais super à la bourre et que j’avais pas le temps d’imaginer l’intérieur de la bicoque et d’ajouter des trucs. Mais je préfère dire que c’est parcequ’ils venaient d’emménager, et bizarrement ça passe.

-La faute dans “bicoque vermoulute” est absolument volontaire, et le nom a été officialisé par le Maître de Jeu en personne. Alors hein.

Épisode 21

-Tringouingouin (ou « le truc blanc » comme vous l’appelez) est une créature aux origines controversées qui n’a rien à faire ici. Mais il est là quand même, alors on fait avec.

Épisode 22

-Le concept de Wulfkwik est une proposition que j’avais faite au Maître de Jeu durant une infiltration de camp gobelin, qui fut malheureusement rejetée.

-Wulfkwik est évidemment une référence aux sentai et autres anime japonais (Power Rangers, Bioman, Dragon Ball Z, etc) dans lesquels les fusions et autres transformations sont légions.

Épisode 23

-Dans Donjons & Dragons, l’alignement des personnages est déterminé par la combinaison de Loyal/Neutre/Chaotique et Bon/Neutre/Mauvais (pour un total de 9 combinaisons donc). J’ai volontairement simplifié le concept sous la forme d’un graphique linéaire, pour des raisons de mise en page. Et maintenant je me dis que j’avais peut être pas besoin de faire ça en fait.

-« Je suis chaotique bon, ça veut dire que je fais ce qui est bon pour moi » est une réplique récurrente du vrai Kyrus lorsqu’il doit se justifier de ses actes purement intéressés. Comme se balancer un sort de boost plutôt que de chanter pour tout le groupe.

Épisode 24

-A la base j’avais prévu de griser le décor à chaque fois que le Maître de Jeu intervenait, mais c’est chiant en fait, donc c’est juste pour cet épisode.

-« Toi je te jure tu vas prendre cher » est une réplique particulièrement appréciée des Maîtres de Jeu décidés à faire souffrir un joueur un peu trop casse-couille. Passe très bien avant un jet de dés fatidique.


Épisode spécial 1

-Je considère cet épisode merdique comme le “pilote” de la série, un épisode test dans lequel je voulais voir si le format pouvait fonctionner, si les persos s’intégraient bien au décor, etc.

Épisode spécial 2

-La chute est une référence indirecte (je m’en suis rendu compte par la suite) à l’épisode d’Halloween de South Park où Cartman se déguise en Hitler.

-Aujourd’hui, je sais pas si j’aurais les couilles de refaire un épisode comma ça. Oh quoique si en fait.

Épisode spécial 3

-Vous vous en douterez, l’épisode a été fait en moins d’une heure pour remplacer l’épisode de la semaine qui était à la bourre. C’est donc du bon gros foutage de gueule assumé, mais je l’aime bien en fait.

-Le coup du poney en adamantium a été plagié sans vergogne par Borderlands 2 quelques années après, dans lequel Handsome Jack prétend en avoir fait l’acquisition. C’est juste dégueulasse.

Épisode spécial 4

-Malgré leur appellation, les épisode spéciaux font partie du canon de la série. Par conséquent, Kyrus et Taj’Naar on réellement tué le Père Noël.

Épisode spécial 5

-L’épisode est une référence à une coutume japonaise du nouvel an, où l’on écrit ses voeux sur un papier et enroule ce dernier autour de la branche d’un arbre. J’ai aucune idée de pourquoi j’ai fait ça par contre, ça à rien a foutre là.

Laisser un commentaire